Je parraine la lutte: Non, elle n’est pas responsable des échecs politiques

291 vues

La lutte sénégalaise, bien loin d’être simplement un divertissement ou un sport de rue, est un élément vital de la culture et du développement du Sénégal. Malheureusement, des récentes déclarations ont suscité une controverse, remettant en question le soutien institutionnel et gouvernemental envers ce pilier culturel. Il est impératif de rectifier cette vision erronée et de reconnaître la valeur inestimable que la lutte apporte à la nation sénégalaise.

Tout d’abord, il est essentiel de comprendre que la lutte sénégalaise n’est pas responsable des échecs individuels ou nationaux. Au contraire, elle incarne la résilience, la détermination et l’esprit de lutte qui sont des caractéristiques indispensables à tout effort de développement. Blâmer la lutte pour des problèmes plus larges est non seulement injuste mais aussi un échec de reconnaissance envers les véritables causes des défis auxquels le pays est confronté.

Les acteurs de la lutte, des lutteurs aux promoteurs, jouent un rôle crucial dans l’économie et la société sénégalaises. Les millions investis dans l’organisation d’événements de lutte ne sont pas simplement des dépenses frivoles, mais plutôt des investissements dans la culture, le divertissement et le développement économique local. Les promoteurs de la lutte contribuent à dynamiser l’économie, créant des emplois et stimulant le tourisme dans les régions où se déroulent les combats.

Sur le plan culturel, la lutte sénégalaise incarne l’identité et la fierté nationale. Elle unit les communautés à travers le pays, célébrant les traditions et les valeurs qui font la richesse du Sénégal. De plus, la lutte offre une plateforme pour les jeunes talents, les inspirant à poursuivre l’excellence et à réaliser leur potentiel, tout en préservant et en transmettant les enseignements ancestraux.

Malheureusement, la lutte sénégalaise est souvent l’objet de stigmatisation et de diabolisation injustifiées. Des voix mal intentionnées tentent de dépeindre les acteurs de la lutte comme des illettrés ou des criminels, alimentant ainsi une perception erronée et préjudiciable. Il est crucial de rejeter ces stéréotypes et de reconnaître la noblesse et la dignité des personnes impliquées dans ce sport.

En réponse aux récentes déclarations controversées du ministre des Energies du pétrole et des mines, il est impératif que le gouvernement sénégalais soutienne activement la lutte. La lutte ne doit pas être reléguée au second plan au nom de priorités politiques. Au contraire, elle mérite reconnaissance et soutien pour son rôle crucial dans le développement économique, social et culturel du pays.

La lutte sénégalaise ne devrait pas être sacrifiée sur l’autel des intérêts politiques. Elle est bien plus qu’un simple divertissement et doit être respectée pour sa contribution positive à la société sénégalaise. Soutenir la lutte, c’est soutenir le développement économique, social et culturel du Sénégal.

NDAM : Nouvelle Dynamique pour une Afrique Moderne.

Vous pourrez aussi aimer