Cri d’alarme des victimes du TER : Ultimatum pour des indemnisations sous peine de radicalisation durant la période électorale

par Wassare News
148 vues

Les résidents impactés par la construction du Train Express Régional (TER) se sont mobilisés une fois de plus. Réunis ce dimanche 29 octobre 2023, ils réclament avec véhémence leurs droits, comprenant les indemnités pour vulnérabilité, les compensations pour les pertes de revenus locatifs, les réaménagements de terrains, les omissions et la livraison des 40 hectares au lac Rose.

Lors de leur rassemblement, ces résidents ont partagé les difficultés et les souffrances qu’ils endurent au quotidien. Ils ont exprimé leur détermination à intensifier leurs actions si la question des indemnités n’est pas résolue promptement. Depuis 2017, ces revendications concernent toutes les communes impactées par le TER, affectant environ 3 000 familles qui vivent dans des conditions précaires.

Macodou Fall, porte-parole du collectif, a souligné : “Certaines familles sont contraintes de dormir à la belle étoile. Bien que l’État ait attribué 40 hectares au lac Rose, la distribution des parcelles pose problème. Cette attitude des autorités nous laisse perplexe. Comment un État peut-il déplacer plus de 3 000 familles et les reloger sur un site dont la livraison pose problème ? C’est contradictoire. Nous demandons le règlement des indemnités pour vulnérabilité, entre autres. Désormais, notre lutte sera intransigeante et nous userons de tous les moyens pour obtenir satisfaction.”

Ces résidents ont fixé un ultimatum au président de la République pour régler leur situation. Faute de quoi, ils menacent de radicaliser leurs actions, surtout en cette période électorale. En outre, ils dénoncent le non-respect des engagements pris par l’État avant la démolition de leurs habitations.

Vous pourrez aussi aimer