BORIS, FELWINE, MBOUGAR, GADIO, BAKHOUM TRADUITS AU TRIBUNAL DE CONSCIENCE. (Par Abdoulaye Mamadou GUISSE).

par Wassare News
238 vues

Le discours mémorable du Président Macky Sall, du lundi 3 juillet 2023, à l’adresse de la nation sénégalaise pour sa non candidature à l’élection présidentielle du 25 février 2024, a retenti dans les cœurs au Sénégal, en Afrique et dans le reste du monde. De par la solennité, la pertinence, le diagnostic-bilan, les perspectives, l’évocation des valeurs que charrie le Sénégal, l’hommage rendu à ses prédécesseurs, les Présidents Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade.

Des personnalités au Sénégal, du continent et du monde se sont extraordinairement prononcées en félicitant le Président Macky Sall. Et pourtant durant tout le deuxième mandat, le Président Macky Sall n’a jamais, jamais ne dit qu’il se représentera. Il avait plutôt invité ses partisans et alliés à ne pas tomber dans le piège d’une opposition irresponsable dans ce débat futile et à se concentrer et s’impliquer aux réalisations et aux réformes vers l’émergence du Sénégal.

Ce discours de grande portée a assommé l’ingrat Cheikh Tidiane Gadio, les pyromanes et pseudo-intellectuels et aussi piètres écrivains pro Lgbt Boubacar Boris Diop, Felwine Sarr, Mbougar Sarr et le journaliste-politicien encagoulé Ibrahima Bakhoum. Ce discours historique a tétanisé d’autres politiciens encagoulés de la société civile Alioune Tine d’Africa Jom Center et Seydi Gassama d’Amnesty International, ces pro Lgbtistes adeptes de la surenchère politique.

Du coup, après ce discours de portée patriotique au sens noble du terme, les pyromanes à la solde de l’irresponsable insurrectionniste Ousmane Sonko ont adopté le profil bas et rasent les murs.

Ils ont tous honte et paient leur légèreté et leur lâcheté en faisant porter un habit de 3ème mandant au Président Macky Sall et en basant leurs odieux argumentaires de va-t’en guerre autour du 3ème mandat. Quelle honte.

Mais le ridicule ne tue pas chez ces énergumènes suivistes de Sonko, le violeur des droits féminins, habitué de Sweet massage body-body.

Mais quand des temples du savoir sont attaqués avec une brutalité dévastatrice au mois de juin 2023 marqué aussi par cette violence destructrice de biens publics et privés, d’infrastructures vitales.

Et que les archives de l’Université Cheikh Anta Diop soient brulées, les facultés de Lettres, de sciences, de médecine vandalisées.

Le Département Rokhaya Eugénie Aw du Centre de formation de journalistes africains saccagé. Le savoir malmené. Malgré tout cela, le trio Boubacar Boris Diop, Felwine Sarr et Mbougar Sarr qui ont trahi Cheikh Anta Diop, se sont tus et accusent lâchement Macky Sall et non leur leader Sonko qui a fait des appels à l’insurrection.

Et dans ce contexte de violences entrainant de pertes en vie humaine, Ibrahima Bakhoum et ses traites-journalistes de 80 violent la déontologie en nous tympanisant avec un 3ème mandant dont celui qu’ils accusent ne s’était même pas prononcé.

Et, c’est dans ce même contexte que l’ancien prisonnier Cheikh Tidiane Gadio aux Etats Unis, tiré d’affaires par le Président Macky Sall poignarde dans le dos son bienfaiteur à Ia RFM. Quelle ingratitude. Quelle traitrise.

Au nom de la volonté du savant Cheikh Anta Diop pour une Afrique fédérale et de la mémoire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, le Parti Fulla ak Fayda condamne ces honnis de la nation sénégalaise, ces bannis du panafricanisme que sont Cheikh Tidiane Gadio, Boubacar Boris Diop, Felwine Sarr, Mbougar Sarr, Ibrahima Bakhoum pour haute trahison de la conscience collective de progrès et les traduisent au tribunal de conscience.

Fait à Dakar
Le 5 Juillet 2023
Abdoulaye Mamadou GUISSE
Président du Parti Fulla Ak Fayda
Candidat 2024
Coalition CULTURE REPUBLICAINE

 

Vous pourrez aussi aimer