REPLIQUE ARGUMENTEE ET CIVILISEE A L’ENDROIT DE MONSIEUR AMADOU TIDIANE WONE

par Wassare News
20 vues

Cher Ministre !
Le parcours élogieux du président Macky Sall est aussi un motif d’espoir.

Après avoir fait toutes ses humanités dans ce pays, le président Macky Sall, a réussi, grâce à sa persévérance, à son abnégation et à son culte de l’effort, à gravir tous les échelons de la vie publique, pour se hisser au sommet de l’État. En moins de dix ans, il a changé radicalement le visage de notre pays et amélioré sensiblement le niveau et la qualité de vie des Sénégalais. Ce parcours ô combien exemplaire est une admirable leçon de vie sur laquelle je vous invite à méditer tous les jours.

Jusqu’ici on peut dire, sans risque de se tromper, que le Président Macky SALL est le meilleur Président que le Sénégal n’ait jamais connu.

Des indépendances à nos jours quatre Présidents se sont succédés et chacun a fait ses preuves dans tous les domaines de la gouvernance de notre jeune Etat.
Mais force est de constater que le Président Macky SALL a fait beaucoup de réalisations en si peu de temps et malgré la traversée des secousses telluriques, il a réussi à tenir bon.

Son excellence s’est fixé sur son objectif et continue à travailler grâce à son amour insondable du pays.
Il est un homme de paix, de dialogue, prompt à établir les ponts entre deux camps adverses (médiations sur la scène internationale). Idéologiquement, il ne cesse de rassembler les troupes à chaque fois que de besoin avec une dextérité digne d’un ange.
En termes de réalisations, le président a réussi à rendre visible sa politique économique car, le septennat qui s’est achevé est avant tout celui des grands travaux.

Par exemple, le pont reliant le Sénégal à la Gambie a été construit et inauguré au bout de quatre années de travaux. Cette infrastructure de 1,7 km a couté 39 milliards. Grace à cet édifice, Ziguinchor est désormais à moins de huit heures de Dakar contre plus de douze heures auparavant. Je parlerai aussi du pont de Farafenni après 40 ans d’attente et celui de Ndakhonga long de 1285 mètres sans oublier les nombreux ponts urbains réalisés à Dakar et le prolongement des autoroutes qui dispensent aux usagers des embouteillages et qui réduisent la durée des trajets. .

Le secteur de l’énergie est sans doute la plus belle réussite de Macky. Entre 2012 et 2018, la puissance électrique installée a plus que doublé, passant de 571 MW à 1141 MW. De 950 heures de coupures cumulées en 2011, nous sommes passés à moins de 20 heures en 2020.
Cette politique s’est traduite par une augmentation des investissements directs étrangers (IDE).
Beaucoup restaient à faire pour que les sénégalais puissent toucher du doigt l’émergence promise.

Lancée en 2014 par le chef de l’Etat, la construction de la nouvelle ville de Diamniadio demeure une innovation qui désengorge la capitale qui regroupe plus de 3.7 millions de personnes. Aujourd’hui elle voit chaque mois de nouveaux bâtiments sortir de terre. A terme, 350 000 personnes pourront s’y installer. Un chantier pharaonique dont le coût est évalué à 2 milliards de dollars et dont l’enveloppe devrait enfler, comme le suggéraient les difficultés rencontrées lors de la construction de l’université Amadou Mahtar MBOW.
La construction d’une cité du savoir, d’un parc des technologies numériques, du vaccinopole ou encore d’un institut national du pétrole et du gaz doivent poser les bases d’une économie de la connaissance. Inauguré récemment par le chef de l’Etat, le DAC (Domaine Agricole Communautaire) de Keur Momar SARR est financé entièrement par L’Etat du Sénégal à hauteur de 6,2 milliards. Il polarise 96 villages pour une population de 23.827 habitants.
La DER/FJ (Délégation à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des jeune) qui concerne toute l’étendue du territoire sénégalais. C’est un outil de politiques publiques visant à rendre d’avantage plus palpable le projet d’équité territoriale et de valorisation du potentiel des terroirs tel qu’il est stipulé par le Plan Sénégal Emergent (PSE).

Les nombreuses réalisations qu’il a faites depuis son accession au pouvoir sur le secteur de l’enseignement supérieur demeurent une prouesse jamais égalée. Les dotations budgétaires du secteur de l’enseignement supérieur sont passées de 117 168 128 630 FCFA en 2012 à 241 017 397 555 FCFA en 2022, soit plus du double en dix ans.

Un effort budgétaire, qui a permis, d’abord d’élargir la carte universitaire avec l’ouverture des universités du Sine-Saloum El Hadji Ibrahima Niass (Ussein), Amadou Mahtar Mbow (Uam), des Instituts supérieurs d’Enseignement professionnel (Isep), une innovation majeure, et l’Université virtuelle du Sénégal. Parmi les réalisations du chef de l’Etat figure également le renforcement de l’écosystème universitaire, de ses ressources humaines et de ses équipements.

Pour preuve l’évolution du nombre d’enseignants-chercheurs de 2027 en 2015 à 2348 en 2021 et celui des personnels administratifs, techniques et de service (Pats) dans les œuvres sociales de 2745 en 2012 à 6225 en 2021, la construction et l’équipement de 100 laboratoires ; la mise en service imminente du supercalculateur, du microscope électronique et des équipements de biotechnologie.

A cela s’ajoutent la construction de nouveaux pavillons pour une meilleure prise en charge des besoins en logement des étudiants, pour un investissement de plus de 79 milliards de FCFA (le nombre de lits qui était de 6030 en 2012 va passer à 43 375 en 2022, et sera donc multiplié par 7) ; l’augmentation considérable des budgets des œuvres sociales (restauration, personnels, frais médicaux, etc.) dont plus de la moitié destinée aux bourses et aides.

Le nombre d’étudiants boursiers est passé de 77 924 en 2011/2012 à 122 778 étudiants en 2020/2021. Les ressources allouées aux bourses et aides ont presque doublé, passant de 40 milliards en 2011/2012 à 70 milliards en 2020/2021.

Ce n’est pas tout car, le chef de l’Etat va procéder au recrutement de 200 personnels d’enseignement et de recherche (PER) ; à la réception du siège de l’UVS et à l’ouverture de nouveaux Espaces Numériques Ouverts (Eno) dans 46 départements, constituant un réseau national interconnecté d’un coût de 72 milliards de F CFA ».

Pour ne citer que cela, Macky a réussi en un temps record ce que l’ensemble des présidents qui lui ont précédé n’ont réussi. C’est la preuve la plus éloquente que rien n’est impossible et qu’avec l’union des cœurs nous pouvons réaliser notre projet pour un Sénégal émergent.

Aliou FAYE, diplômé en Sciences politiques, Relations internationales et Géostratégie,

Leader du Mouvement nouvel Elan

mbinetockfaye@gmail.com

Vous pourrez aussi aimer

Laissez un commentaire

%d bloggers like this: