Décès du jeune de Pikine à l’arène nationale, la thèse d’une grenade lacrymogène écartée

par Wassare News
24 vues

L’affaire continue de défrayer la chronique à Pikine. Un jeune du nom de F. Diédhiou est décédé, hier dimanche, à l’Arène nationale, qui abritait le combat de lutte Franc-Sokh, remporté par le premier, membre de l’écurie des Parcelles Assainies.

Mais, les premiers constats écartent formellement la thèse d’une grenade lacrymogène.

D’après Libération, en aucun moment, la police n’a usé de gaz lacrymogène.

Le journal informe que ce jeune amateur de lutte de 23 ans est blessé à l’intérieur même du stade bondé de monde à la suite de brûlures suivies d’une asphyxie.

Ce, après avoir reçu un pétard (fumigène) en pleine figure. Il a succombé lors de son évacuation.

Selon toujours Libération, les policiers, qui ont essayé de le secourir, ont gardé secrète l’information pour éviter des règlements de comptes entre les deux camps.

Un autre jeune a également été grièvement blessé au bras par un pétard avant d’être pris en charge par les sapeurs-pompiers.

Vous pourrez aussi aimer

Laissez un commentaire

%d bloggers like this: